Quel avenir pour les start-ups dans le domaine du web en Afrique ?

Spread the love

L’entrepreneuriat est le secteur qui compte aujourd’hui le plus d’acteurs de par le monde et l’Afrique n’est pas en reste. Plusieurs start-ups ont vu le jour sur le continent et la plupart sont orientés vers le secteur des nouvelles technologies et d’internet.

Selon le site My African Start-Up, il y a aujourd’hui sur le continent africain plus de 800 Start-ups répartis dans 54 pays. Dans le dernier classement du Top 100 des Start-ups africaines, on se rend compte de l’importance du web et de la téléphonie mobile dans le domaine de l’entrepreneuriat en Afrique. En effet 42% des Start-ups de ce classement opèrent sur une plateforme web. Au paradis des start-ups tout est-il toujours aussi rose ? Plusieurs start-ups bien qu’opérant dans le domaine du web ou avec une plateforme web sont aujourd’hui au bord de la faillite. Le dernier exemple en date est celui de la start-up Afrimarket qui a demandé son placement en liquidation judiciaire au tribunal de Paris.

L’internet en Afrique : quel rôle dans la réussite des start-ups

À l’ère du tout numérique où rien ne se fait plus sans internet et les réseaux sociaux, toute entreprise qui se veut prospère se doit d’être visible sur le Net. Pour les start-ups africaines, l’internet est un outil plus qu’indispensable. Il est l’outil de promotion par excellence et cela à bien des niveaux.

Internet un facteur de croissance

Internet permet aux jeunes entrepreneurs et aux start-ups d’être visible sur le plan national et international. Avec les réseaux sociaux, ils arrivent à établir une stratégie de marketing digital efficace et avoir un chiffre d’affaires conséquent chacun selon son domaine. De ce fait , internet devient un facteur de croissance de ces start-ups. Plusieurs entreprises ont vu le jour par le biais des réseaux sociaux, afin de répondre à un besoin réel des utilisateurs et des consommateurs. Pour la plupart la qualité de la connexion, le débit et surtout le coût de la connexion sont des facteurs qui impactent fortement leurs résultats.

Dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest le rapport qualité-prix de la connexion internet est plutôt faible. Selon l’article de l’Agence Ecofin sur le Classement des pays africains selon la vitesse de téléchargement Madagascar est le pays qui a la meilleure connexion internet en Afrique avec un débit de 24.87 Mb/s. Le premier pays de l’Afrique de l’Ouest dans ce Classement est le Ghana avec un débit de 2.88 Mb/s. Tous les autres pays d’Afrique de l’ouest ont un débit de moins de 1.9 Mb/s.

Voici le Top 10 des pays de l’Afrique de l’ouest selon la vitesse de téléchargement :

  • 1er le Ghana avec un débit de 2.88 Mb/s
  • 2e le Nigéria avec un débit de 1.86 Mb/s
  • 3e la Côte d’Ivoire avec un débit de 1.7 Mb/s
  • 4e le Liberia avec un débit de 1.61 Mb/s
  • 5e la Sierra Leone avec un débit de 1.61 Mb/s
  • 6e la Gambie avec un débit de 1.45 Mb/s
  • 7e le Sénégal avec un débit de 1.40 Mb/s
  • 8e le Cameroun avec un débit de 1.29 Mb/s
  • 9e le Togo avec un débit de 1.27 MPBS
  • 10e le Bénin avec un débit de 1.23 Mb/s

(Source : agenceecofin.com)

Toutefois, cet outil qui est censé aider à la croissance et à la visibilité des start-ups devient parfois un handicap. C’est le cas des entreprises qui sont centrées essentiellement sur le web et les services comme :

  • les sites de vente en ligne
  • les services de livraison
  • les agences web
  • les webmasters
  • les ateliers de design
  • etc.

Internet un ami ou un ennemi

Il semblerait étonnant de voir internet comme un ennemi du développement et de la croissance des start-ups en Afrique, mais ce n’est pas de l’internet en soi dont il est question, mais de son utilisation. L’utilisation d’internet et des réseaux sociaux par ces jeunes entreprises novatrices est le  moyen le plus adapté pour la plupart pour arriver à atteindre les résultats qu’elles ont prévus.

Cependant, pour beaucoup l’idylle finit plus vite que prévu. Ceci à cause de la qualité des services fournis par les FAI (Fournisseurs d’accès Internet), mais aussi à cause du coût exorbitant dans certains pays. Ces deux facteurs déterminent l’utilisation de l’internet et des réseaux sociaux par les populations qui sont les potentiels clients de ces start-ups.

Plus le coût de la connexion internet est élevé moins le potentiel consommateur des servies et des produits que présentes ces entreprises sera impacté. Cela est d’autant plus flagrant que les start-ups pour se démarquer ne peuvent pas se contenter de la communication habituelle (radio, journaux, promotions sur les lieux de vente, etc.).

Elles investissent alors des montants conséquents dans la communication digitale en faisant recours à des agences spécialisées dans ce domaine. Internet aujourd’hui, pour les start-ups africaines est donc un couteau à double tranchant qu’il faudra savoir exploiter avec minutie et diligence pour ne pas subir le même sort que ces nombreuses start-ups qui sombrent dans l’oubli et disparaissent sans laisser de traces.

L’Afrique un marché ouvert, mais peu mature

L’Afrique est un continent en pleine croissance et l’entrepreneuriat a un bel avenir sur le continent. Plusieurs ont connu une croissance fulgurante ces dernières années et l’internet est sans doute le secteur qui a connu l’un des taux de croissance les plus élevés.

Le marché africain a un fort potentiel de croissance sur les prochaines années, mais reste assez immature, surtout quand il s’agit de l’internet. Même s’il est vrai que ces dernières années l’accès à l’internet est devenu le cheval de bataille de plusieurs gouvernements africains, il n’en demeure pas moins que l’utilisation commerciale du net n’est pas systématique.

En 2016 le flux commercial africain s’est estimé à 1,08 trillion de dollars US soit environ 64 000 trillion de FCFA. Le commerce intra africain ne représentait que 156,94 milliards de Dollars US soit 92 000 milliard de FCFA. Ce qui équivaut à environ 15% du flux commercial africain. Ces chiffres démontrent que le marché commercial africain n’est pas assez mature. Cela se ressent sur les entreprises ou les start-ups qui aujourd’hui se lance dans une stratégie de commerce en ligne, de commerce de proximité et de commerce intra africain.

Ces start-ups pour beaucoup d’entre elles finissent par mettre la clé sous la porte. Le cas plus récent est celui de la Start-up Afrimarket qui a été contrainte de demander sa mise en liquidation judiciaire.

Création d’une start-up en Afrique : quel secteur prioriser ?

Créer une entreprise en Afrique relève aujourd’hui d’un coup de maître. Ceci dans la mesure où les conditions ne sont toujours pas faciles, surtout dans les pays où la corruption et la lenteur administrative sont la routine. Cet état de choses décourage beaucoup de jeunes entrepreneurs qui préfèrent alors choisir de rester dans l’informel.

Lancer sa propre affaire en Afrique, Oui ! mais pas dans n’importe quel secteur. Comme pour n’importe quel choix d’investissement, il vous faut d’abord analyser le secteur dans lequel vous souhaitez vous lancer. Pour ce faire, il est utile de se poser un certain nombre de questions:

  • Le contexte économique du pays et de la région permet-ils d’investir dans ce secteur ?
  • Quelles sont les différentes possibilités de développement de ce secteur ?
  • Investir dans ce secteur répondra-t-il à un besoin ?
  • Quels sont les risques liés à ce secteur ?
  • Investir dans ce secteur est-il rentable ?
  • Quelle est la maturité du marché de ce secteur ?

Ces questions bien que n’étant pas exhaustives vous permettront d’avoir une idée globale du secteur, de ses risques et des avantages que vous pouvez en tirer.

Selon une étude de la banque BNP Paribas, les secteurs qui sont les plus prometteurs en Afrique sont :

  • Les infrastructures ;
  • L’énergie ;
  • L’éducation ;
  • Le transport ;
  • L’agroalimentaire ;
  • La santé ou encore la communication.

Ce sont des secteurs à forts potentiels de développement, mais cela n’est pas toujours vrai pour les jeunes entrepreneurs à faible financement qui souhaitent se lancer. Les secteurs qui sont les plus prometteurs pour les jeunes entrepreneurs en Afrique sont :

  • L’agroalimentaire ;
  • Les services ;
  • L’internet ;
  • La communication ;
  • Le transfert d’argent ;
  • La mode.

Ce n’est pas une liste limitative, mais cela donne idée des domaines qui sont les plus accessibles pour les jeunes entrepreneurs en Afrique.

Succes condition

Les principales raisons de l’échec de certaines Start-ups en Afrique

Entreprendre est l’un des métiers les plus ardus, mais aussi le plus gratifiant des métiers. Lorsque vous vous lancez dans une activité et qu’elle apporte une solution pratique à des problèmes récurrents, vous ressentez une certaine fierté une satisfaction.

Dans le monde de l’entrepreneuriat et des Start-ups, c’est la jungle, seul le plus fort survit. Ceci est d’autant plus vrai qu’une start-up sur dix est destinée à disparaître. Les raisons derrière cette hécatombe sont nombreuses, mais nous pouvons en présenter certaines.

Une mauvaise segmentation du marché

Plusieurs entreprises aujourd’hui échouent, car elles ne sont pas en mesure de segmenter le marché et d’identifier la cible idéale pour le produit ou les services qu’elles proposent. Un produit ou un service aussi bon soit-il est inutile s’il n’est pas adressé aux bonnes personnes.Une cible mal définie est un billet vers l’échec.

Un modèle d’entreprise inexistant ou défaillant

Le Business Model ou Modèle D’entreprise est une représentation de l’entreprise avec la source de la valeur ajoutée, sa répartition entre les différentes parties prenantes sur une période donnée dans un domaine d’activité précis. C’est un outil indispensable qui donne les grandes orientations de l’entreprise, mais aussi sa vision.

Sans cette représentation, vous ne pourrez pas savoir vers quel objectif vous vous dirigez. Comme l’a si bien dit Sénèque : « Il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va« .

Un manque de compétence managérial

En Afrique une start-up qui naît est souvent le fruit du travail de plusieurs personnes. Pour la développer, ils sont donc amenés à recruter du personnel. La plupart du temps ce sont des amis ou la famille. Ce qui peut représenter un piège et un poids entraînant l’entreprise vers le fond.

Avant toute chose pour le développement d’une entreprise, vous devez mettre l’accent sur la qualité et la compétence des collaborateurs. La compétence aussi bien technique, que managériale. Une entreprise qui a un bon manager et une équipe compétente a toutes les chances de son côté pour faire partie des entreprises qui arrivent à maintenir la tête hors de l’eau.

Un manque de financement

Le financement est la principale raison de l’échec de certaines entreprises en Afrique. Les start-ups aujourd’hui ne disposent pas d’un accompagnement suffisant ce qui les empêche de se développer. Il faut aussi noter que beaucoup de start-ups sont aujourd’hui encore à l’étape d’idée et n’ont pas de début de réalisation.

De ce fait avoir un financement s’avère encore plus compliqué. L’idéal serait d’effectuer des phases de test de ces entreprises et de voir comment ils se comportent face au marché à l’échelle micro. Il s’agira donc de tester le Business Model de l’entreprise pour jauger de sa rentabilité.

Investir dans une Start-up en Afrique : bonne ou mauvaise idée

La rentabilité, la qualité du Business Model, la qualité du produit ou du service, le comportement du marché, voici autant d’éléments qu’il est possible de prendre en compte pour investir dans une start-up. Investir dans une start-up en Afrique est définitivement une bonne idée si on se base sur l’étude effectuée par la société d’investissement Partech.

Selon cette étude, l’année 2018 a été l’année la plus fructueuse pour les start-ups en Afrique. En effet Partech avance un chiffre de 1,16 milliard de dollars US d’investissement dans les start-ups africaines en 2018. L’engouement des investisseurs pour les jeunes entreprises africaines, n’est plus donc à démontrer.

Cependant, avant d’investir dans une start-up en Afrique, il vous bien analyser l’entreprise afin de vous assurer de la viabilité de l’investissement.

L’Afrique est le nouvel El-Dorado de l’investissement et des opportunités d’affaires. C’est un continent où presque tout reste à faire. Investir en Afrique c’est miser sur le développement de la prochaine puissance économique mondiale.

Quel avenir pour les start-ups dans le domaine du web en Afrique ?
Tagged on:                 

One thought on “Quel avenir pour les start-ups dans le domaine du web en Afrique ?

  • 18 octobre 2019 at 18 h 32 min
    Permalink

    Bien détaillé et utile.
    Merci

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *